Ed’s Tri4Joe

Click here for the english version

Preview

Pour voir le widget Aiderdonner, vous devez installer le plugin Flash :
Télécharger le plugin Flash
Vous pouvez aussi accéder directement à la page de collecte

Le 27 juin 2010, notre ami Ed Nicoll participera au Triathlon Ironman de Nice (3,8 km de natation, 180 km à vélo et 42 km de course à pied pour finir) dans le but de récolter des fonds pour une cause qui lui est chère, l’Association ELA.

Ed’s Race Countdown

J – 5 semaines

Je souffre déjà, après seulement 7 km de course à pied et je me dis que je vais peut-être m’arrêter ici et rentrer à la maison. Allez, non, encore 14 km à courir. Je repense à tout ce qu’on m’a déjà dit, à savoir que la dernière discipline d’un Triathlon Ironman sera la plus difficile, aussi bien mentalement que physiquement.

Semaine difficile car que je suis retourné en Angleterre à Preston pour la crémation de mon père. Ce fût une très belle cérémonie et une véritable célébration de ce que fût sa vie. La journée se terminait par un barbecue impromptu. Entouré de tous les amis de mon père me faisait encore plus réaliser à quel point j’ai eu de la chance.

Au travail, mes amis, Anne et Mika à Extrem’Evasion (je ne peux pas vraiment les appeler mes patrons) ont été très compréhensifs dans ces moments difficiles et m’ont permis de prendre quelques jours pour rentrer en Angleterre.

Après avoir participé à 7 championnats du monde dans 3 disciplines sportives différentes, je me dis que c’est peut-être le moment de le faire pour une cause spéciale et pour ceux qui n’ont pas eu les mêmes chances que moi. Ma participation à l’Ironman de Nice pour Joseph Swift est donc très importante à mes yeux.

Ces 7 derniers mois, je me suis entraîné lorsque que mes obligations familiales et professionnelles, ou mes blessures me l’ont permis. Aussi, l’hiver fût long dans le Vercors avec près de 5 mois de neige. De toute façon, ma priorité est d’aller jusqu’au bout de la course et non de la gagner, malgré un esprit de compétition assez développé. La plupart du temps, je me suis entraîné tôt le matin avant le travail, en essayant de ne pas réveiller la famille, et pendant mon déjeuner. La natation est ma discipline la moins forte des 3 et je n’ai pû descendre nager qu’une fois tous les 15 jours sur Grenoble au bassin extérieur de 50 m. Parfois il neigeait même là bas et l’eau de la piscine fumait tellement qu’on ne voyait même pas le bout du bassin.

Le printemps est enfin là et après avoir passé quelques jours à Pâques, à repérer les circuits sur Nice, je me sens d’avantage en confiance. Mon frère Chris qui a lui même déjà participé à 5 Ironman, me donne tous les conseils importants, que je ne pourrai pas obtenir autrement. A mon retour de Nice, j’ai couru le Marathon d’Annecy en 3h12. J’étais assez satisfait de ce résultat, prenant en compte les blessures dont j’ai souffert ces derniers mois. Suivant le conseil des coureurs longues distances, j’ai plongé ensuite dans l’eau glaciale du Lac d’Annecy où je suis resté 10 minutes. Essayez, ça marche !

Lors de mon récent séjour en Angleterre, j’ai rendu visite à mon ami de longue date et sponsor Paul Hewitt, qui me fournit un nouveau vélo pour l’Ironman. Le circuit vélo de la compétition étant assez montagneux, le vélo ne ressemble pas au vélo type des courses contre la montre de la plupart des triathlons. Celui-ci a été construit pour les montagnes que je devrai grimper. Le Cervélo R3 pèse 7,5kg et est équipé de roues légères carbone dynamiques Shimano Dura Ace.

Hier soir, je suis rentré tard d’Angleterre. Le pilote d’Easyjet ne trouvait plus sa paperasse et a retardé le vol ! Comme je participai au Challenge le lendemain matin (aujourd’hui), j’ai dû reconstruire mon vélo à 23h. Pas vraiment la préparation idéale… Le Challenge Vercors est une épreuve cycliste locale de 158 km (pour le plus grand parcours) comprenant 3200m de dénivelé. On traverse des paysages magnifiques du Vercors, comme les Gorges de la Bourne, les Grands Goulets, le Col de la Machine… J’ai participé à cette course de nombreuses fois mais cette année avec l’Ironman en tête, elle avait une toute autre importance.

Une fois la ligne d’arrivée traversée, je ne me suis pas arrêté et suis rentré à la maison en vélo. J’ai ensuite chaussé mes baskets et suis parti courir 21 km. L’Ironman consistant en 3,8 km de natation, 180 km à vélo et 42 km de course à pied, aujourd’hui fût un test important dans ma préparation. Il ne reste plus que 5 semaines avant la compétition.

J’avais auparavant peint sur la route des repères kilométriques, pour une boucle de 7 km. Je pouvais ainsi caler mon rythme de course sur chaque kilomètre. C’est là que j’ai realisé qu’une compétition de triathlon se teste véritablement lors de la course à pied, et pour un simple mortel comme moi même, dans la dernière heure de course. Malgré les douleurs dans les jambes après les 5 heures de vélo, j’ai résisté à la tentation d’abandonner et j’ai couru les 21 km en 1h49. Ce qui fait un total d’environ 7 heures.

Il y a un article dans le magazine anglais Triathlon de ce mois-ci qui recommande aux participants Ironman de diminuer leur entraînement 10 à 14 jours avant la course. Ceci afin de permettre au corps de récupérer plus facilement après la compétition. L’article propose un programme hebdomadaire de 8 heures par semaine, représentant une diminution de 60 à 70% d’un entraînement hebdomadaire. Prenant en considération que de toute façon, je n’arrivais pas à m’entraîner plus de 8 heures par semaine, j’aurai sûrement le temps de faire les travaux de rénovation que nous avons entamés à la maison.

J – 4 semaines

Les nageurs professionnels doivent être les athlètes les plus dévoués à leur sport. Cela ne doit pas être drôle tous les jours de plonger à répétition, nager en ne regardant que le carrelage de la piscine, ressortir de l’eau et recommencer encore. Au moins, avec le cyclisme, la course à pied ou le ski, on est dehors, et on respire le grand air. Voilà à quoi je pensais cette semaine. Pas la meilleure des concentrations donc. Les 3km de natation que j’ai faits seront peut-être le dernier entraînement en piscine avant la compétition. C’est pas idéal !

Mon nouveau vélo Cervélo est génial. Il rend honneur au savoir-faire légendaire de Paul Hewitt. Les barres de triathlon sont très confortables et j’ai pû faire du 63 km/h dans ma descente du Col près de chez nous, en allant au travail.

Par contre, mes douleurs au mollet ne s’améliorent pas comme je l’aurais souhaité. J’ai donc acheté une machine TENS sur internet. C’est une petite machine à pulsations électriques que certains kinés utilisent parfois pour diminuer la douleur. Ca a marché pour Sandrine pour ses 2 accouchements, donc j’espère que ça marchera pour moi aussi.

Pendant les 4 prochaines semaines, je ne boirai plus de café ni d’alcool. Par souci d’économies tout comme pour améliorer ma performance.

Jour de course!

Epilogue

Leave a Comment